4 raisons pour lesquelles le Real Madrid a déjà perdu le titre

Battu 1-0 à Majorque ce dimanche, le Real Madrid dit sans doute déjà adieu au titre. Voici 4 raisons pour lesquelles il n’y a déjà plus d’espoir.

Impérial en première partie de saison, le Real Madrid connaît une santé fragile depuis la reprise post-Coupe du monde. Accrochés par la Sociedad (0-0 en Liga), l’Atletico (qualification en prolongations en Coupe du Roi) et Valence (qualification aux tirs au but en Supercoupe), les hommes de Carlo Ancelotti avaient connu la défaite contre Villarreal (2-1 en Liga) avant de se faire gifler par le Barça (1-3 en Supercoupe). Ce dimanche, les Merengue se sont à nouveau inclinés, sur le terrain de Majorque cette fois. Une défaite qui scelle peut-être déjà la Liga. Voici 4 raisons pour lesquelles le Real a déjà perdu le titre.

Raison 1 : un noyau trop court

Si Carlo Ancelotti peut compter sur un groupe de qualité, le noyau madrilène est très déséquilibré en termes de niveau de jeu. Certes, la Casa Blanca peut compter sur un 11 parmi les plus forts d’Europe mais les options de secours sont minces avec entre deux et trois réservistes seulement capables de remplacer efficacement les titulaires. Et si les Madrilènes ont décroché le titre la saison dernière avec sensiblement la même équipe, ils ne sont cette fois pas épargnés par les problèmes multiples.

Entre les blessés importants en pagaille (David Alaba, Ferland Mendy, Aurélien Tchouaméni, Karim Benzema), les joueurs hors forme (Dani Carvajal, Federico Valverde (post-Mondial)) et les remplaçants inutiles (Jesus Vallejo, Eden Hazard, Mariano Diaz), il devient difficile de faire tourner et reposer des cadres vieillissants. Et quand les titulaires calent à faire la différence, le banc est trop léger pour apporter du neuf.

Raison 2 : le besoin de dominer pour être champion

Si les Merengue se sont bien repris ces dernières années, le club madrilène a connu une longue période de vache maigre en Liga : sur les dix dernières saisons, le trophée n’est revenu qu’à 3 reprises à Madrid. La faute à un Barça dominateur et un problème structurel au Real : la Casa Blanca doit dominer son championnat pour être champion. Or, cette saison, le Real ne domine pas. Ni au classement ni dans le jeu. Ce dimanche, face à une équipe majorquine regroupée devant son rectangle, les Merengue se sont montrés inoffensifs : un seul tir cadré sur 20 tentatives.

Les chiffres sont éloquents : quand le Real doit se battre pour être champion, il loupe chaque fois le titre. Et il ne le décroche que quand ses adversaires sont en-dessous. Lors du titre de 2017, le club madrilène avait trôné en tête pendant 28 journées contre 7 pour le Barça. En 2020, le Real avait mené la course durant 18 journées (dont les 8 dernières). Plus significatif encore, la Casa Blanca avait validé cet été une avance conservée durant 32 journées (contre 0 pour le Barça).

Raison 3 : Madrid, roi d’Europe mais pas d’Espagne

Les années 2010 l’ont démontré, le Real Madrid est assurément le roi de l’Europe : 14 Ligues des Champions décrochées, dont 5 sur les 10 dernières années. Sur la même période, le Barça n’en a remporté qu’une seule et connaît des saisons européennes récentes catastrophiques. Mais si les Merengue dominent le continent, la donne est bien différente en Espagne.

Depuis 2012, le Real Madrid a noué une relation compliquée avec ses compétitions nationales. La Casa Blanca n’a remporté que 3 titres de champion sur cette période, contre 5 pour le Barça et même 2 pour l’Atletico. Plus impressionnant encore, la faillite madrilène en Coupe du Roi : un seul titre (en 2014) contre 6 pour le rival catalan. Des Blaugrana qui mènent d’ailleurs très largement le classement des titres en Coupe d’Espagne (31 contre 19 pour Madrid).

Raison 4 : un format « championnat » qui ne convient pas

La dernière décennie le prouve : le Real Madrid connaît de grandes difficultés en Espagne. Plus adaptés au format « coupe », qui demande davantage de mental et de capacité à se sublimer, les Merengue ne parviennent pas à conserver une forme régulière sur une saison entière (ce qu’il faut pour remporter un championnat), là où le Barça est bien plus à l’aise. Et si le Barça a peur du Bayern, les bêtes noires du Real sont toutes espagnoles : Valence, l’Athletic Bilbao et Villarreal battent souvent les Merengue, bien plus que le Barça ou l’Atletico.

En cas de victoire ce soir contre Séville, le Barça prendrait 8 points d’avance sur le Real en tête de la Liga. La dernière fois qu’un tel cas de figure était arrivé, c’était en 2018-2019. Les Catalans avaient été sacrés champions avec 19 points d’avance sur leurs rivaux, qui avaient même terminés 8 points derrière l’Atletico. Si la logique est respectée comme lors des dix dernières années, les Madrilènes ont déjà dit adieu au titre cette saison.